1. Accueil
  2. Acheter un bien immobilier
  3. Investissement immobilier locatif
  4. Immobilier neuf

Acheter un bien immobilier neuf pour investir


Acheter un bien immobilier neuf afin d’en faire un investissement locatif est une solution de plus en plus en vogue dans le monde de l’immobilier. Ce placement rentable attire les particuliers désireux de placer leurs argent afin d’en tirer une rente mensuel beaucoup plus attractive que les placements financiers ou bancaires.
Que ce bien soit un bien neuf ou un bien ancien, les avantages fiscaux diffèrent.

Investir et acheter un bien immobilier neuf est une stratégie intéressante. Le futur acquéreur doit se placer dans un objectif d’investisseur. Les biens concernés sont pour la quasi majorité aux normes énergétiques en vigueur, sont construits dans les nouveaux quartiers situés en périphéries des villes, mais sont surtout le plus souvent exemptés de gros travaux.
Ce dernier point non négligeable mêlé aux économies d’énergie effectuées sur le long terme fait que le prix d’achat souvent supérieur à l’ancien au départ est vite amorti sur le long terme.

Ces investissements offrent en effet différents dispositifs de défiscalisation performants, en Loi Pinel pour les locations non-meublées ou en Loi LMNP/LMP pour les locations meublées.
Toujours dans le désir de vous accompagner et de vous conseiller dans votre projet immobilier, le Cabinet CIEM vous présente une synthèse de ces dispositifs mis en place par le Gouvernement afin de bénéficier d’une exonération d’une partie de vos impôts.

Acheter un bien immobilier neuf : en loi Pinel

Lorsque vous souhaitez acheter un bien immobilier neuf, pour un bien nu, le dispositif Pinel devient alors un incontournable. Mise en place en 2014, cette loi est l’héritière du dispositif Duflot. Elle a pour but de favoriser la construction et l’achat de biens neufs à destination de la gestion locative.

Ce dispositif concerne les biens acquis à partir du 1er Septembre 2014. Il vise à réaliser des économies d’impôts pouvant aller jusqu’à 21% du montant imposable. Cette défiscalisation est néanmoins soumise à des conditions d’éligibilité mais aussi à des plafonds de loyers et de ressources définies.
Pour en savoir plus : voir notre page explicative de la Loi Pinel selon le Cabinet CIEM.

AVANTAGES

  • Fiscalité attrayante
  • Si statut LMNP : le déficit généré est déductible du revenu global
  •  Si statut LMP : possibilité d’exonération de l’ISF
  •  Possibilité de récupérer la TVA si l’investissement réalisé le permet
  • Le bail meublé est plus souple que le bail vide

INCONVÉNIENTS

  • La gestion du patrimoine en LMNP / LMP peut être compliquée
  • Risques de re-qualification
  • Le statut de LMP n’est pas accessible à tous, ceci est notamment dû aux modalités d’entrées élevées (le propriétaire doit disposer de 2 voire 3 logements et avoir plus de 23 000€ de recettes)

Acheter un bien immobilier neuf : en LMNP/LMP

Dans le cas où votre bien est déjà meublé, vous pouvez vous tourner vers le dispositif Location Meublée Non Professionnelle (LMNP) ou Location Meublée Professionnelle (LMP). Ces deux régimes fiscaux concernent les logements à destination de gestion locative, meublés. Le statut LMNP désigne la location d’un bien unique, meublé, détenu par un particulier déclarant moins de 23 000€ de recettes. Au delà de cette somme, le propriétaire rentre dans le statut LMP.

Quelque soit le statut dont le propriétaire fait parti, ces deux dispositifs visent à obtenir des avantages fiscaux, pouvant aller de la déduction d’impôt à la récupération de la TVA dans certains cas. L’ensemble de ces avantages est néanmoins soumis à des conditions d’éligibilité.
Pour en savoir plus : voir notre page explicative de la Loi LMNP / LMP selon le Cabinet CIEM.

AVANTAGES

  • Réduction d’impôts
  • Durée de location modulable
  • Possibilité de louer le bien à quelqu’un de sa famille

INCONVÉNIENTS

  • Ce dispositif n’est valable que sur des biens neufs
  • Le bien doit répondre au normes énergétiques en vigueur
  • L’avantage fiscal décroit au fur et à mesure des années de prolongation
Menu